Catégorie : Réflexions

Le positionnement de l’école Joyeuse dans le paysage éducatif

Il m’apparaît important d’éclaircir notre positionnement car toutes sortes de choses commencent à arriver à mes oreilles, qui ne me semblent pas justes avec ce que nous voulons proposer. Ce que nous ne sommes pas : une école de deuxième choix "Vous êtes une école de la seconde chance ?", "Ça peut être bien votre école pour … Lire la suite

Publicités

Pour une école buissonnière

Lorsque j’ai découvert le livre "Pour une éducation buissonnière" de Louis Espinassous, j’étais en deuxième année de thèse en écologie. J’étudiais la flore des bords de rivière, en forêt. Etonnamment, ça n’avait pas été si simple de trouver un sujet de thèse qui me permette d’être dehors. Car aujourd’hui, même pour étudier l’écologie – c'est-à-dire … Lire la suite

Se mettre en marche

Ces derniers temps je (Emmanuelle) reçois des sollicitations de la part de personnes qui ont envie de se lancer dans un projet de création d'école, mais qui ont des doutes, des craintes. Elles viennent me demander des conseils, à moi dont l'école n'existe même pas encore. Les mots que j'aurais à leur dire, à vous … Lire la suite

L’éducation démocratique est fille de l’éducation populaire

Il m’est rapidement apparu que l’éducation démocratique avait des racines communes avec l’éducation à l’environnement, appréhendée comme une éducation PAR l’environnement, qui associe « les principes fondamentaux de l’humanisme et de l’écologie » (extrait de la Charte du Réseau Ecole et Nature). Dans l’éducation par l’environnement, l’enjeu est de « réinsérer les êtres humains dans … Lire la suite

Du temps pour être soi

Brigitte racontait cela l’autre soir : « La vendeuse du magasin m’a demandé un jour ce que ma fille et ses amis avaient de différent des autres. « Car les autres jeunes qui viennent, il faut voir comment ils se parlent ! Ils s’appellent par des insultes, soi-disant pas méchantes, juste pour rigoler. Se donnent des coups de poings. … Lire la suite

On ne naît pas meurtrier, on le devient

Quand l'horreur survient à nos portes, chacun se débrouille comme il peut pour encaisser le choc : tristesse, colère, haine, prostration, sidération... Notre façon de réagir provient de notre caractère, de notre histoire personnelle, de l'éducation que nous avons reçue... En ce qui me concerne, je suis très triste. Ces actes infâmes sont tellement, tellement … Lire la suite